IPv6

IPv6

Avant, il y avait un appareil internet par famille, alors qu’aujourd’hui, il y a plusieurs appareils par personne. Cette progression fait en sorte que depuis des années, il existe trop peu d’adresses IP sur IPv4 (4,2 milliards maximum). IPv6 ou IPng (IP New Generation), grâce à ses adresses de 128 bits au lieu de 32 bits, dispose d’un espace d’adressage bien plus important qu’IPv4. Cette quantité d’adresses considérable permet une plus grande flexibilité dans l’attribution des adresses et une meilleure agrégation des routes dans la table de routage d’Internet. La translation d’adresse, qui a été rendue populaire par le manque d’adresses, ne sera plus nécessaire. Cependant, en France aucun plan digne de ce nom n’a été mis en œuvre pour favoriser l’adoption d’IPv6. La transition des deux protocoles ne figure plus parmi les priorités des opérateurs et les gouvernements successifs préférant laisser faire le marché et s’en remettant à sa « main invisible ».

La migration est depuis plus d’une décennie déjà à l’agenda des opérateurs. IPv6 a en effet été publié en tant que standard dès 1998, mais comme il s’agit là d’un investissement qui rapporte peu, les opérateurs ont postposé le passage aussi longtemps que possible. Mais maintenant, l’échéance est proche.

Différence entre IPv4 et IPv6 ?

Protocol IPv4 Protocol IPv6
Déployé 1981 1999
Taille 32 bits 128 bits
Adresse type 192.149.252.76 3FFE:F200:0234:AB00
:0123:4567:8901:ABCD
Adresse Réseau 192.149.0.0/24 3FFE:F200:0234::/48
Nombre d’adresse disponible 2³² = 4.294.967.296

~ 4 Milliards

2¹²⁸ = 340.282.366.920
.938.463.463.374.607
.431.768.211.456

~ 3 000 Quintillions

Une adresse IPv6 est longue de 128 bits, soit 16 octets, contre 32 bits pour IPv4. La notation décimale pointée employée pour les adresses IPv4 (par exemple 172.31.128.1) est abandonnée au profit d’une écriture hexadécimale, où les 8 groupes de 2 octets (16 bits par groupe) sont séparés par un signe deux-points :

2001:0db8:0000:85a3:0000:0000:ac1f:8001

Il est permis d’omettre de 1 à 3 chiffres zéros non significatifs dans chaque groupe de 4 chiffres hexadécimaux. Ainsi, l’adresse IPv6 ci-dessus est équivalente à :

2001:db8:0000:85a3:0000:0000:ac1f:8001 =

2001:db8:0:85a3:0:0:ac1f:8001

De plus, une unique suite de un ou plusieurs groupes consécutifs de 16 bits tous nuls peut être omise, en conservant toutefois les signes deux-points de chaque côté de la suite de chiffres omise, c’est-à-dire une paire de deux-points « :: ». Ainsi, l’adresse IPv6 ci-dessus peut être abrégée en :

2001:db8:0:85a3::ac1f:8001

Enjeux :

  • supporter l’explosion des ordinateurs dans le monde en se délestant de l’inefficacité des adresses IPv4;
  • abaisser la taille des tables de routage;
  • simplifier au maximum le protocole pour gagner en rapidité;
  • apporter une sécurité accrue en matière d’authentification et de confidentialité;
  • être mieux attentif aux services accordés au trafic temps réel;
  • favoriser la diffusion vers de multiples destinataires;
  • permettre à un ordinateur de se déplacer sans pour autant modifier son adresse.
Publicités

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑